Une action collective contre la publicité des jouets McDo
Le journal de Québec, jeudi 15 novembre 2018, p.6

La Coalition québécoise sur la problématique du poids est le nouveau clergé qui s'assure que la population adopte la bonne morale alimentaire

Pour voir l'image plein grandeur

Sujet: Une cause sans victime

On peut y lire:

La demande a été autorisée par la cour mercredi et vise la promotion faite aux enfants.

La chaîne de restaurants McDonald's est officiellement concernée par un recours collectif pour avoir ciblé des enfants dans ses publicités pour les jouets des Joyeux festins.

«On est très contents. C'est un dossier qui nous tient à c½ur parce que c'est une question de santé publique. McDonald's semblait trouver notre demande drôle lors de l'audition, mais le juge a pris ça au sérieux. En autorisant le recours, il a montré que c'était un dossier important», souligne Joey Zukran, avocat responsable du dossier.

L'action collective autorisée mercredi vise tout consommateur qui, depuis le 15 novembre 2013, a acheté au Québec pour un enfant de moins de 13 ans, alors présent dans un restaurant McDonald's, un jouet ou un repas Joyeux festin contenant un jouet, tandis qu'il y avait de la publicité pour vendre ces babioles à l'intérieur du restaurant.

Présentoirs

Ce n'est donc pas les jouets en tant que tels qui sont visés par l'action collective, mais bien la publicité quapport annueli est faite aux enfants pour vendre ces articles et les Joyeux festins qui en contiennent.

L'avocat considère que l'étalage à l'intérieur des restaurants qui présentent les jouets qu'il est possible d'acheter distinctement ou en même temps qu'un Joyeux festin constitue de la publicité destinée aux enfants.

Ces présentoirs incitent les enfants à acheter ou à inviter une autre personne à acheter un jouet ou un repas Joyeux festin avec un jouet.

Obésité

Au Québec, la Loi sur la protection du consommateur interdit de faire de la publicité aux jeunes de moins de 13 ans.

Le recours demande une injonction pour que soient retirés les étalages publicitaires qui présentent cette publicité.

Il souhaite aussi le remboursement intégral du prix des jouets achetés individuellement et d'une partie des repas Joyeux festins qui auraient été achetés avec un jouet pour un enfant de moins de 13 ans.

La Coalition poids, qui travaille à prévenir l'obésité, se réjouit de la décision du juge d'autoriser l'action collective.

«La publicité faite aux enfants crée des dommages. C'est associé à des comportements alimentaires, ça influence les enfants, oriente leurs préférences et c'est lié à l'obésité», souligne Corinne Voyer, directrice et porte-parole.

«Pour nous, si on peut mieux encadrer la pratique de marketing, ce sera un précédent très intéressant. On va avoir l'heure juste sur la légalité de cette pratique», a-t-elle ajouté.

Le fait que le juge a autorisé l'action collective permet d'enclencher les procédures judiciaires dans ce dossier.

De son côté, McDonald's Canada a réitéré qu'elle ne croit pas que ce recours collectif soit fondé et qu'elle connaît ses obligations concernant les lois sur la publicité au Québec.

«Nous venons tout juste de recevoir le jugement et prendrons le temps de l'analyser avec attention. Nous sommes fiers de la relation de longue date que nous avons bâtie avec les Québécois et leurs familles, qui continuent de choisir McDonald's, et ce, depuis plus de 45 ans maintenant», a soutenu sa porte-parole dans un courriel envoyé au Journal.

Mon commentaire

La Coalition québécoise sur la problématique du poids est vraiment déconnectée de la réalité de la population.

Elle attaque les restaurants McDonald's que pour faire la morale au monde par la bande, pour en faire un exemple comme on brûlait les sorcières sur le bûcher au moyen âge.

Faire un recours collectif avec aucune victime, c'est hallucinant.

En effet, allez au mcdo, c'est une belle sortie pour les enfants. Cela fait plaisir aux enfants et aux parents. Tout le monde est content et tous sont satisfaits. Les parents ne se sentent pas floués et ils ne pensent pas que la nourriture est dangereuse pour la santé de leurs enfants. En d'autres mots, une sortie banale sans aucune conséquence.

Cette coalition ne travaille pas pour les gens, mais pour leur idéologie anti-obésité.

Eux savent mieux que nous tous ce qu'il nous faut pour notre santé.

Cet organisme ne poursuit pas une cause humanitaire. Leur mission n'a pas pour but de soulager la souffrance humaine. Ainsi, en quoi le poids corporel peut être source de souffrance ? En quoi manger du sucre peut être source de souffrance ?

Les membres de ce groupe de pression veulent nous imposer ce qu'ils considèrent eux comme important. Ils sont condescendent.

Ils se consacrent à faire des relations publiques pour tenter de manipuler l'opinion publique.

C'est un organisme inutile et nuisible.

Juste avec leur nom d'organisme « Coalition québécoise sur la problématique du poids » ils se discréditent. Le poids corporel serait une problématique. Faire du poids un problème, c'est une démarche grossophobe.

Comme leur discours est basé sur la démagogie et les exagérations, ils sont des militants anti-obésité. Comme la guerre contre l'obésité cela ne sert rien, cette coalition sert aussi à rien.

La coalition poids en plus d'être inutile elle est une nuisance publique. En effet, elle fait sentir coupable les gros d'être gros, encourage le mépris envers les gros, justifie l'obsession de minceur et les désordres alimentaires.

La coalition poids est supportée par la santé publique. Elle est subventionnée par l'État. Depuis quand l'État paye pour se faire de la pression sur lui-même?

Les membres de cette coalition quand ils se regardent dans le miroir se pensent-ils être appuyé par la population ? Se voient-ils répondre à un besoin de la population ? Quelle réputation pensent-ils avoir auprès de la population?

Ils doivent avoir une estime d'eux-mêmes très élevé. Ils doivent se voir en train de sauver le monde ou d'avoir une mission divine. Ils doivent se sentir être essentiel à la société.

Ils sont présomptueux, en réalité la population s'en contre fiche d'eux et de leur message. Ils ne peuvent pas être perçus comme sérieux en terrorisant le monde avec les prétendus dangers du sucre et en le comparant à un poison vif. Ils sont des casseux de party. Ils veulent briser le plaisir des gens.

Ils ne sont pas avec les gens, ils sont au-dessus des gens. Ils se positionnent comme une autorité morale. La Coalition québécoise sur la problématique du poids est le nouveau clergé qui s'assure que la population adopte la bonne morale alimentaire ou qu'elle ne verse pas dans le péché de la gourmandise.

Ce qui est totalement inacceptable.

Texte du vidéo

La coalition poids a réussi.

Les supermarchés ont enfin retiré.

Le sucre

Les aliments avec sucre ajouté.

Les aliments transformés.

Et les boissons sucrées.

Merci coalition poids.

Complément d'information :

L'histoire

La coalition poids a réussi.

Une action collective contre la publicité des jouets McDo

Les Joyeux festins de McDonald's visés par une demande d'action collective

Un conseil simple pour les parents chez McDo

Une action collective contre les Joyeux Festins

Les jouets McDo visés par un recours collectif

Action collective autorisée contre la publicité des jouets McDo 

Action collective contre McDonald's Canada pour «publicité destinée aux enfants»

Action collective contre McDonald's Canada pour «publicité destinée aux enfants»

Action collective contre McDonald's pour « publicité destinée aux enfants »

Joyeux festins: le recours collectif contre McDonald's au nom de parents québécois autorisé

Action collective contre McDonald's Canada pour «publicité destinée aux enfants»

Autres

Journée internationale d'abandon des boissons sucrées

Blaine Higgs ouvre la porte au retour de la malbouffe dans les écoles

Les pharmaciens veulent éliminer la malbouffe

Le lait sur le même pied que le cola

Un logo pour prévenir des dangers du sucre et du sel

Boissons sucrées : une interdiction qui menace son entreprise

Une orgie de produits sucrés, trop gras ou salés chaque jour

Les boissons sucrées feront 63 000 morts d'ici 25 ans

L'OMS demande d'augmenter les taxes sur les boissons sucrées

Bientôt finis les dessins sur les boîtes de céréales

La malbouffe ne serait pas responsable de l'obésité

Fini les bonbons à l'école

Trop de calories pour nos bouts-d'choux?

Un âge minimum pour les sucreries?

Malbouffe Pas d'impact sur le poids des enfants

Fini la vente de chocolat au lait

La malbouffe dommageable, même à l'occasion Un lobby anti-obésité est né Elle était encore en couches pour sa première frite

La malbouffe aussi dévastatrice que la nicotine

On continue de manger gras et sucré

Une taxe demandée

Offensive contre la publicité destinée aux enfants

Plainte contre Martin Juneau pour avoir fait du prosélytisme pro-anti-sucre à l'émission Deux fille le matin.


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright© 2018, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.