Nutrition : la malbouffe cible les enfants
Le Journal de Québec Actualités, lundi 7 octobre 2019 p. 10

Les fanatiques anti-sucre, qui font pression pour interdire la publicité d'aliments sucrés destinée aux enfants

Pour voir l'image plein grandeur

On peut y lire:

Plus de 90 % des produits arborant des personnages et images ciblant des enfants à l'épicerie sont de la malbouffe, selon un rapport qui demande une loi pour encadrer ces pratiques.

UN RAPPORT D'UN ORGANISME DEMANDE UNE LOI ENCADRANT CES PRATIQUES DE PUBLICITÉ JUGÉES MALSAINES

«L'enfant est vulnérable à la publicité commerciale. Elle vient influencer toutes ses habitudes de consommatiocH2guTTyX8sn. Un lien affectif est créé avec la marque qui peut se poursuivre même adulte », prévient Corinne Voyer, porte-parole de la Coalition Poids, qui a mené la recherche publiée aujourd'hui.

L'organisation travaille à prévenir l'obésité et les problèmes de poids. Il a répertorié 469 emballages de produits alimentaires ciblant les enfants dans des épiceries et dépanneurs d'octobre 2018 à avril 2019.

Les emballages de ces produits présentent des personnages populaires ou encore des jeux sur la boîte. L'organisation a exclu les gommes, chocolats et bonbons de son analyse puisque l'échantillonnage devenait trop complexe.

«La publicité aux enfants a été identifiée dans la science comme un contributeur à l'épidémie d'obésité. Ce n'est pas le seul facteur, mais c'est une variable parce que la plupart des produits qui sont mis en valeur par le marketing sont à faible valeur nutritive », se désole Mme Voyer.

PRODUITS DU QUOTIDIEN

En effet, 90 % des produits recensés sont des aliments ultra-transformés, riches en gras, sel et sucre. Ces pratiques deviennent d'autant plus inquiétantes, selon la Coalition, puisque ce sont des aliments qui peuvent faire partie du quotidien des enfants, comme des céréales, des collations, des produits laitiers ou des boissons sucrées.

Les compagnies utilisent différentes stratégies pour attirer l'oeil des enfants. Elles multiplient les déclinaisons d'un même produit pour être plus visibles sur les tablettes. La Coalition Poids a notamment répertorié 11 sortes de craquelins Goldfish et 15 variétés de biscuits tendres Patte d'ours.

«C'est un moyen efficace pour rejoindre les enfants afin qu'ils harcèlent leur parent [...]. Il faut que le parent ait le libre-choix de ce qu'il veut offrir à son enfant. Ce n'est pas de bannir un produit, mais de bannir la publicité commerciale aux enfants », insiste Mme Voyer.

Elle ajoute que des compagnies usent de plus en plus d'originalité en créant des présentoirs en forme de personnages ou des autobus scolaires géants, en carton, pour faire mousser leurs produits.

EXCLUS DE LA LOI

En ce moment, la Loi sur la protection du consommateur du Québec proscrit la publicité ciblant les enfants, mais exclut les emballages, étalages et vitrines.

«L'industrie utilise ces exceptions pour rejoindre les enfants québécois. On a fait un portrait notamment en épicerie parce que c'est surtout là que c'est très agressif », insiste-t-elle.

Un projet de loi fédéral devait combler ce vide, mais il est mort au feuilleton avant d'être adopté en raison du déclenchement des élections. La Coalition demande donc à tous les partis de reprendre en main le dossier lors de la reprise des travaux.

Par ailleurs, la sénatrice indépendante Chantal Petitclerc a indiqué au Journal que ce dossier reste une priorité pour elle. Elle compte le remettre à l'ordre du jour si ce n'est pas fait par le gouvernement en place.

Sujet: Harcèlement anti-sucre

Mon commentaire

La coalition poids nous revient encore une fois avec leur histoire des aliments sucrés avec des emballages de style bandes dessinées.

Il ne faut surtout pas que les aliments sucrés soient associés à des choses agréables. Voyons dont!

Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi les journalistes se laissent utiliser pour faire pression sur l'état pour qu'il rende les boîtes de céréales ternes et grises.

Revenir et revenir et revenir toujours avec cette idée, c'est harcelant. La coalition poids est un groupe de pression pour faire avancer une cause basée sur un jugement moral et non sur des faits réels.

Affirmer que les aliments sucrés sont de la malbouffe est un jugement moral. De toute façon, la malbouffe est un terme inventé par ceux qui moralisent les choix alimentaires des gens.

Dans les faits le sucre est un aliment de base de l'alimentation humaine. Le sucre est loin d'être mauvais pour la santé, il est essentiel pour la survie du corps humain.

Faire la morale, c'est motiver par quoi ?

Qu'il y ait ou pas d'images de bandes dessinées sur les boîtes de céréales ne feront pas manger moins de sucre les enfants. Manger du sucre est une pulsion de vie nécessaire pour la croissance, pour le développement de l'intelligence et des apprentissages.

Faire la morale, c'est questionnable.

La coalition poids poursuit-elle une cause humanitaire?

Les fanatiques anti-sucre, qui font pression pour interdire la publicité d'aliments sucrés destinée aux enfants, ont sûrement un profil psychiatrique.

C'est du délire, ils font de la psychose anti-sucre. S'attaque au sucre avec une telle de déploiement de force est démesuré par rapport au fait que cet aliment est complètement inoffensif.

Ce qui les motive ne peut pas être la compassion, car ils basent leur discours sur l'exagération et sur aucun fondement scientifique. Un discours qui est irréaliste, inutile et ridicule.

Si ce n'est pas la compassion qui les motive, qu'est-ce qui les motivent, devenir célèbre, devenir riche ou avoir le prix Nobel? Se prennent-ils au sérieux?

En fait, il y a ici une situation d'une honnêteté douteuse. La coalition poids existe grâce aux subventions de l'état. Leur mission, faire des pressions sur l'Ètat. La coalition poids reçoit des subventions parce qu'il fait des pressions sur l'état. En d'autres mots, c'est l'état qui se fait des pressions sur lui-même.

Une cause qui en est pas une.

Le dogme anti-sucre, la sainte alimentation, qui nous assure d'aller au paradis, un paradis qui est sûrement plate, monotone, sans joie et sans plaisir.

Complément d'information

L'histoire

La malbouffe cible les enfants, selon un rapport

La malbouffe cible les enfants

Malbouffe : des emballages ciblent sciemment les enfants

La malbouffe est-elle trop attrayante pour les enfants ?

L'industrie alimentaire profite des exceptions de la loi québécoise pour cibler les enfants!

Premier portrait québécois de la publicité alimentaire aux enfants

Publicité et malbouffe : les enfants ciblés

Un groupe dénonce la publicité alimentaire ciblant les enfants

L'historique de la folie anti-sucre

Taxer le sucre, une stratégie efficace?

Une action collective contre la publicité des jouets McDo

Journée internationale d'abandon des boissons sucrées

Blaine Higgs ouvre la porte au retour de la malbouffe dans les écoles

Les pharmaciens veulent éliminer la malbouffe

Le lait sur le même pied que le cola

Un logo pour prévenir des dangers du sucre et du sel

Boissons sucrées : une interdiction qui menace son entreprise

Une orgie de produits sucrés, trop gras ou salés chaque jour

Les boissons sucrées feront 63 000 morts d'ici 25 ans

L'OMS demande d'augmenter les taxes sur les boissons sucrées

Bientôt finis les dessins sur les boîtes de céréales

La malbouffe ne serait pas responsable de l'obésité

Fini les bonbons à l'école

Trop de calories pour nos bouts-d'choux?

Un âge minimum pour les sucreries?

Malbouffe Pas d'impact sur le poids des enfants

Fini la vente de chocolat au lait

La malbouffe dommageable, même à l'occasion

Un lobby anti-obésité est né

Elle était encore en couches pour sa première frite

La malbouffe aussi dévastatrice que la nicotine

On continue de manger gras et sucré

Une taxe demandée

Offensive contre la publicité destinée aux enfants

Les jeunes trop exposés aux publicités mettant en vedette la malbouffe

Malbouffe: Ottawa veut restreindre la publicité ciblant les enfants Ottawa veut restreindre la publicité de malbouffe destinée aux enfants

Le moment est venu de s'attaquer à la publicité sur la malbouffe destinée aux enfants : Sénatrice Raine

Alimentation: une loi pour restreindre la pub destinée aux enfants

Mettons un frein définitif à la publicité destinée aux enfants

Ultime plaidoyer pour interdire la publicité alimentaire destinée aux enfants

Interdire la publicité alimentaire destinée aux enfants - Des lacunes québécoises comblées par un projet de loi sénatorial

Plainte contre la malbouffe au Carnaval de Québec

La publicité alimentaire destinée aux enfants

Publicité pour enfants: où est la limite?

Food Shame: The Morality of Eating


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright© 2019, Les éditions de la femme Tous droits réservés.